la Région Languedoc Roussillon

Accueil du site de l'Observation des Risques Naturels en Languedoc-Roussillon

Risques littoraux > Comment prévenir les risques érosion du littoral et submersion marine ?

Comment prévenir les risques littoraux ?

La prévention passe en premier lieu par l'amélioration des connaissances des phénomènes et des risques. Des actions peuvent ensuite être mises en œuvre afin de limiter les risques, que ce soit en terme de :

  • réduction de la vulnérabilité des enjeux humains, économiques et environnementaux en maîtrisant ou en adaptant l'urbanisation et l'aménagement des zones à risque
  • information préventive et sensibilisation des populations
  • surveillance, alerte et gestion de crise
  • gestion de l'érosion et de la submersion en vue de la réduction de l'aléa dans les zones exposées

 

Amélioration des connaissances

Dans le cadre du volet littoral du CPER 2007/2013, 2 Millions d'Euros d'études ont permis d'améliorer les connaissances concernant les risques littoraux. Ces études ont notamment précisé quel pourrait être l'évolution de ces risques en lien avec le changement climatique.

En ce qui concerne l'érosion du trait de côte, des études visant à mieux connaitre les budgets sédimentaires par cellule sur l'ensemble du littoral régional ont été réalisées et ce afin de déterminer des modalités de gestion durable des sédiments. Par ailleurs, des réseaux de mesures (campagnes topobathymétriques, réseaux de mesures de houle, etc.) ont été mis en place et seront développés en vue d'assurer le suivi de l'érosion du littoral. Des cartes de l'évolution du trait de côte à l'horizon 2030, 2060 et 2100 ont également été réalisées.

En ce qui concerne la submersion marine, une cartographie de l'aléa a été réalisée pour des tempêtes d'occurrence annuelle, décennale et cinquantenale. Des scénarios de l'évolution des morphologies côtières en réponse à l'augmentation du niveau marin ont aussi été étudiés à l'horizon 2100.

Il convient de continuer à approfondir ces connaissances notamment en matière de submersion marine, risque difficilement modélisable.

> En savoir plus sur les études littorales

Réduction de la vulnérabilité

La meilleure protection face aux risques littoraux consiste à laisser un espace de liberté à la mer. Celui-ci servira à la dissipation de l'énergie des vagues et à la constitution du cordon dunaire qui protégera de la submersion et formera un réservoir de sable face à l'érosion. Il est donc important de préserver les espaces encore libres de tout aménagement.

Dans les secteurs déjà aménagés et lorsque cela est techniquement possible, le recul des infrastructures ou des aménagements doit être privilégié. De plus, la solution d'un recul stratégique (infrastructures, activités, etc.) est souvent intéressante économiquement à long terme tout en permettant de restaurer le caractère naturel du site et de préserver son attrait touristique.

> En savoir plus sur le recul stratégique

> Un exemple de recul stratégique : réaménagement du lido du Petit et Grand Travers


La mise en oeuvre du recul stratégique étant très longue, il faut trouver un moyen pour limiter la vulnérabilité des enjeux présents le long du trait de côte. Les mesures pouvant être mises en oeuvre se regroupent sous deux thématiques :

  • Des mesures de protection, des travaux légers comme l'installation de batardeaux, de sacs de sable ou encore l'emballage des murs.

  • Des mesures tenant plus à la prévention : adaptation des équipements du logement, adaptation des techniques constructives, adaptation de l'aménagement de l'baitat.

La maîtrise de l'urbanisation et de l'aménagement des zones exposées, voire l'adaptation des constructions, peut se faire par le biais des documents d'urbanisme (SCOT, PLU) ou des PPR.

La délivrance des permis de construire devant se faire en compatibilité avec les PPR et documents d'urbanisme, ces derniers permettent d'interdire la construction dans les zones les plus exposées, ainsi que d'édicter certaines prescriptions en vue de réduire la vulnérabilité des enjeux humains, économiques et environnementaux.

  • PPR : A l'heure actuelle, en Languedoc-Roussillon, le risque submersion marine est pris en compte dans la plupart des PPR des communes littorales.
  • PLU et SCOT : La prise en compte de ces risques dans les documents d'urbanisme (PLU, SCOT) se fait automatiquement lorsqu'un PPR existe (le PPR étant une annexe du PLU) ou via le «porté à connaissance» de l'Etat qui informe les maires, des risques naturels auxquels leurs communes sont soumises, lors de l'élaboration des documents d'urbanisme.

En tout état de cause, la logique qui consiste à ne pas construire dans les zones de mobilité du littoral, si elle est prise en compte lors de l'élaboration des documents d'urbanisme, reste la meilleure solution pour prévenir les risques.

> En savoir plus sur la réduction de la vulnérabilité

Information préventive et sensibilisation des populations

Les informations concernant les risques littoraux, ainsi que les mesures prises par les autorités en vue de prévenir ces risques (DDRM, DICRIM, PPR, PCS) doivent être mises à la disposition des citoyens directement dans les préfectures et sous-préfecture, ainsi que dans les mairies des communes exposées à ce type de risque, et sont parfois consultables sur Internet.

Au niveau national ou régional, il existe peu d'actions en vue de sensibiliser le public, les décideurs, les administrations, les constructeurs notamment face aux risques de submersion marine.

> En savoir plus sur la prise en compte du risque de submersion marine dans les PCS

Surveillance, alerte et gestion de crise

Il s'agit essentiellement de prévoir les fortes tempêtes pouvant affecter les zones littorales. Le dispositif de prévision de Metéo France (bulletin de côte) permet d'avoir notamment accès aux informations suivantes :

  • un rappel des " avis de vent fort " en cours ou prévus (BMS) ; les " avis de vent fort " associés aux " bulletins réguliers " sont émis sous forme de bulletins météorologiques spéciaux " BMS " dès que la vitesse du vent observé ou prévu dépasse un seuil fixé.
  • la situation générale et son évolution
  • une prévision détaillée à 24 H d'échéance concernant le vent, l'état de la mer, le temps sensible et la visibilité

En savoir plus en consultant le site de météo France sur les prévisions marines:
> Consulter le site internet

Gestion de l'érosion et de la submersion

Jusqu'aux années 80/90, les ouvrages de protection "durs" (enrochements, brise-lames, etc.) ont été privilégiés pour la lutte contre l'érosion. Ils ont plutôt bien répondu localement aux attentes mais ont souvent reporté le problème sur les secteurs voisins.

Aujourd'hui, les solutions sont recherchées à la fois :

  • à une échelle plus globale, dans une logique de gestion intégrée des zones côtières mise en œuvre dans le cadre de démarches européennes
  • à une échelle cohérente avec le phénomène naturel: la cellule sédimentaire (partie du littoral fonctionnant de façon autonome par rapport aux portions voisines).

Quand cela est possible, le recul stratégique, la restauration d'un équilibre et d'un fonctionnement naturel sont favorisés par rapport aux protections "durs".

Pour limiter l'érosion ou la submersion marine, des solutions techniques existent. En Languedoc-Roussillon, les objectifs sont :

  • Sur les zones soumises à l'érosion : Stratégie de retardement du phénomène érosif par des techniques «douces» en restaurant un fonctionnement naturel qui a été perturbé (restauration de cordons dunaires, by-pass d'ouvrages, etc.) ou en apportant des sédiments au système naturel (rechargements de plage, suppression des seuils en rivière, etc.)
  • Sur les zones à enjeux fortement soumises à l'érosion : stratégie de recul des activités et des infrastructures
  • Sur les zones urbanisées à risque de submersion : Stratégie de protection par des techniques lourdes visant à modifier le transit sédimentaire. Cela consiste à bloquer localement ce transit par la mise en place de techniques pouvant être "lourdes" (épis, brise-lames) mais aussi plus "légères" (pieux en bois). Dans tous les cas, le résultat recherché est de stocker sur place le sable transitant. Ces solutions sont à envisager lorsque aucune autre approche technique n'est possible et pour les zones où les enjeux sont forts et indéplaçables.

 


Exemple d’aménagement mis en place pour lutter
contre l’érosion : brise-lames
(Source : DREAL)


Dans ce contexte, d'importants programmes d'aménagement intégré des zones côtières sont engagés depuis 2002 sur des sites emblématiques du Languedoc-Roussillon.

Etant donné le caractère permanent des phénomènes d'érosion du littoral et de submersion marine, voire leur aggravation dans le temps pour cause de réchauffement climatique, il est important de souligner deux points :

  • la réflexion sur les actions et interventions à engager doit être menée sur le long terme
  • les ouvrages de protection n'ayant pas un effet définitif (par exemple, la durée de vie d'un épi est d'environ 30 ans), il est nécessaire de réinvestir afin de les réadapter au cours du temps. Cela implique que des choix devront être faits et des priorités définies concernant les zones à maintenir, en fonction des financements associés.

Actuellement, il existe peu d'actions de prévention du risque de submersion marine. Ce risque est essentiellement pris en compte, et ce de manière marginale, lors d'opérations de travaux de lutte contre l'érosion. Cependant, il s'agit d'une problématique prioritaire pour les années à venir en raison du réchauffement climatique et des ses probables conséquences : multiplication de fortes tempêtes, montée du niveau de la mer, etc.

Pour l'avenir, il paraît donc indispensable d'intégrer une logique d'aménagement du littoral prenant en considération le fait que la zone littorale est mobile. Il ne sera certainement pas possible de protéger éternellement toutes les zones aménagées sur le littoral régional, des choix devront alors être faits en terme de secteurs à protéger en priorité (ce qui supposera des moyens très importants à apporter régulièrement) et/ou de déplacements de population.

Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Zoom sur

Actes de la 8e conférence régionale sur la prévention des inondations

Programme et supports des interventions

Accès aux archives

Atelier citoyen

Parce que le risque inondation est très présent en Languedoc-Roussillon, la Région a souhaité recueillir l'avis de citoyens sur ce sujet.

Vous pouvez consulter le "Cahier de l'atelier citoyen", synthèse de l'avis rendu par 15 citoyens, en cliquant sur l'image ci-dessus.

Plan du site | Contact | Aide | Mentions légales

Hôtel de Région - 201 avenue de la Pompignane, F - 34064 Montpellier cédex 02 - Tél.: +33 (0) 4 67 22 80 00